Aller au contenu principal

Une campagne médiatique fructueuse pour la CIE

Corps

Au cours du 20ème siècle, en Suisse, les autorités ont enfermé au moins 60'000 personnes dans des institutions sans qu’elles n’aient commis de délit et sans procès. Les personnes concernées étaient surtout des individus en marge de la société qui ne correspondaient pas aux normes sociales du point de vue des autorités. Sur mandat du Conseil fédéral et du Parlement, la Commission indépendante d’experts (CIE) Internements administratifs a étudié ce sombre chapitre de l’histoire suisse. Durant neuf mois environ, nous avons soutenu la CIE dans ses relations avec les médias pour la diffusion des résultats scientifiques. Notre objectif était d’amener dans les médias la discussion sur la thématique des internements administratifs et de sensibiliser le grand public au fait que de nombreuses personnes concernées vivent aujourd’hui encore dans des conditions précaires. 

La campagne médiatique a été lancée le 11 mars 2019 par une conférence de presse. La CIE a publié ses résultats scientifiques au cours du printemps et de l’été. Nous nous sommes appuyés sur ces résultats, lors d’échanges directs avec les journalistes, pour éveiller l’intérêt médiatique sur les différents aspects de l’analyse historique. Les contacts que nous avons pu établir avec les médias suisses alémaniques, suisses romands et tessinois ont abouti à un important écho : au total, en un semestre, plus de 120 contributions médiatiques ont été recensées dans tout le pays. Les articles, ainsi que les reportages TV et radio ont mis en lumière le contexte des internements administratifs en Suisse et attiré l’attention sur la situation actuelle des personnes concernées. Nombre d’entre elles souffrent aujourd’hui encore de la stigmatisation liée à leur internement administratif et vivent dans des conditions financières et sanitaires précaires. 

Karin Keller-Sutter

Lors d’une conférence de presse de clôture le 2 septembre 2019, la CIE a remis à la Conseillère fédérale compétente, Karin Keller-Sutter, des recommandations pour la suite de la réhabilitation des personnes concernées. La Commission d’experts propose, d’une part, des mesures financières visant à améliorer durablement les conditions de vie des personnes concernées. D’autre part, elle recommande la création d’une institution offrant aux personnes concernées un espace d’échange et de soutien. 

Le Conseil fédéral examine actuellement les propositions de la CIE pour la poursuite de la réhabilitation. En parallèle, plusieurs interventions visant à améliorer la situation des personnes touchées par des mesures de coercition à des fins d’assistance sont pendantes au Parlement fédéral. D’une part, elles requièrent l’annulation du délai pour les demandes de contributions de solidarité. D’autre part, une initiative parlementaire demande que les prestations complémentaires pour les personnes concernées ne soient pas réduites. Dans le cadre de notre mandat, nous avons également été en contact avec des personnes concernées et avons échangé avec elles à propos de leur marge de manœuvre politique. Tout comme elles, nous nous réjouissons de connaître les futures mesures que prendra la Suisse en regard de ce sombre chapitre de son histoire.

Dessine-moi le Grand Fribourg!

Corps

La fusion du Grand Fribourg est l’un des projets phares du moment dans le canton de Fribourg. Fait rare, une Assemblée constitutive a été élue pour mener à bien ce projet d’union des neuf communes du périmètre du Grand Fribourg: Avry, Belfaux, Corminboeuf, Fribourg, Givisiez, Granges-Paccot, Marly, Matran et Villars-sur-Glâne. Durant une année, les délégués des communes au sein de l’Assemblée constitutive ont planché dans le cadre de huit groupes de travail sur des thèmes aussi variés que l’identité linguistique, la technique, les finances ou les écoles.

La publication des propositions des groupes de travail de l’Assemblée constitutive est un moment clé du processus. Nous avons choisi de les présenter au cours de quatre points presse répartis sur deux semaines de ce début d’année. Cette phase de communication intensive a permis de créer une dynamique autour du projet et de l’ouvrir au public, après une longue attente d’une année. Elle a aussi permis de présenter aux médias le projet dans toute sa largeur. Les principes de transparence et d’information du public, inscrits dans la loi, ont aussi fondé notre démarche.

L’Assemblée constitutive a autorisé les groupes de travail à mettre leurs propositions en consultation. Une nouvelle séquence de notre stratégie d’information s’ouvrira avec cette procédure, qui aura lieu du 13 mai au 14 juin 2019.

Point de presse

Compréhensibles et accessibles: les résumés des 26 projets du PNR 69

Corps

Pendant cinq ans, des scientifiques ont mené des recherches dans le cadre des 26 projets du Programme national de recherche «Alimentation saine et production alimentaire durable» (PNR 69). Ils ont couvert un large panel de disciplines scientifiques – des nanosciences à la recherche agronomique, en passant par des questions propres à la médecine ou aux sciences sociales. Comme dans tous les PNR, les projets du PNR 69 doivent contribuer à la résolution de problèmes sociétaux actuels. La communication de leurs conclusions est donc primordiale. Les résultats scientifiques doivent être diffusés auprès de l’administration, de la politique, des organisations non-gouvernementales, du secteur privé et des médias. 

Chargée du transfert de connaissances du PNR 69, VIRTÙ Public Affairs AG a préparé un résumé de chacun des 26 projets. Comme ces «Summary sheets» sont destinées à un vaste public cible sans bagage scientifique, nous avons expliqué les principales conclusions des recherches en utilisant un langage facilement compréhensible. Pour chaque projet, nous avons préparé un résumé de 5'000 à 7'000 signes – ce qui équivaut à un long article de presse. La présentation des contenus est ainsi à la fois simple et claire.  

Panier bio

Lors de la rédaction, nous avons veillé à l’attractivité de la mise en page. Nous avons utilisé des images, des illustrations et des infographies pour expliciter les résultats centraux. Nous avons également opté pour une structure flexible des divers contenus afin que les lectrices et lecteurs aient différentes portes d’entrée dans le sujet. Des encadrés complémentaires au texte principal servent de point d’accroche pour la politique et l’économie. Les résultats pratiques des projets débouchent souvent sur des recommandations concrètes à l’intention des législateurs ou des praticiens. D’autres projets ont développé des produits ou des procédés orientés vers l’application. 

Toutes les Summary sheets se composent de deux pages A4 et sont disponibles en allemand, en français et en anglais. Elles peuvent être consultées au format PDF sur le site www.pnr69.ch

D’une communication de promesses à une communication de contenus

Corps

En 2017, VIRTÙ Public Affairs AG et FrankR ont été mandatées pour soutenir Bluefactory Fribourg-Freiburg SA (BFF SA) dans sa communication autour du quartier d’innovation blueFACTORY. Porté par la Ville et l'Etat de Fribourg et coordonné par BFF SA, le projet de blueFACTORY vise à transformer une friche industrielle en un quartier mêlant entreprises, innovation, culture et logements. 

Afin de définir une stratégie de communication répondant aux attentes des différents publics, nous avons procédé à une vaste analyse de situation. Dans un premier temps, nous avons examiné l’image de blueFACTORY dans les médias et les débats politiques. Nous avons ensuite rencontré plusieurs locataires du site, afin de connaître leur position à l’égard de blueFACTORY. Ces entretiens ont aussi permis de sonder les locataires sur l’image renvoyée par blueFACTORY à l’externe. Dans un troisième temps, nous avons analysé les outils de communication existants.

Cet état des lieux nous a permis de dresser deux conclusions. D’une part, le positionnement voulu par BFF SA ne correspondait pas au positionnement perçu par ses publics. D’autre part, la communication sur blueFACTORY était centrée sur des promesses, au détriment de la communication de contenus. Fréquente dans les nouveaux projets, la communication de promesses crée immanquablement de la frustration auprès des publics. Ces décalages se traduisent par un déficit d’image. 

Il faudra du temps pour combler ce déficit. Nous avons toutefois entrepris diverses mesures pour valoriser les contenus du quartier d’innovation. Au début de l’année 2018, nous avons procédé à une refonte du site internet de blueFACTORY. L’architecture du nouveau site est simple; elle met en avant les contenus actuels, les sociétés établies sur le site et les événements organisés dans le quartier. Une foire aux questions fait la transparence sur le projet. Nous avons également publié le rapport annuel 2017 de blueFACTORY et lancé une newsletter électronique, qui relate les actualités du quartier d’innovation. En un an, le nombre d’abonnés a grimpé de 270 à 585!

Site blueFACTORY

La création des PRN du point de vue historique

Corps
En automne 2012, le Conseil suisse de la science et de la technologie (CSST) a mandaté VIRTÙ Public Affairs AG (encore appelée Bonhage PR AG à l’époque) pour réaliser une analyse historique de la création des Pôles de recherche nationaux (PRN). Le CSST avait reçu la mission d’évaluer les effets structurels de la première série de PRN. Notre résumé des faits historiques a servi de base à son évaluation. La question centrale de l’analyse était la suivante: quels objectifs doivent être poursuivis avec les Pôles de recherche nationaux?
Les PRN sont un instrument d’encouragement de la Confédération; ils sont pilotés à sa demande par le Fonds national suisse (FNS). La première série de 14 PRN a été lancée en 2001 et a duré jusqu’en 2013. Notre analyse n’a toutefois pas porté sur la mise en œuvre de cet instrument d’encouragement, mais sur la période 1991-2001, durant laquelle divers acteurs de la politique scientifique suisse ont développé le concept des PRN et contribué à sa réalisation.
Notre perspective historique avait deux facettes: d’une part, j’ai rédigé un rapport basé sur une analyse de documents historiques originaux et sur la littérature scientifique secondaire relative à l’histoire de la place scientifique suisse. D’autre part, nous avons mené des entretiens qualitatifs avec des personnes qui ont joué un rôle clé dans la création des PRN dans les années 1990 et au début du 21ème siècle. Il s’agissait entre autres de Charles Kleiber, secrétaire d’Etat à l’éducation et à la recherche entre 1997 et 2007, de Hans-Peter Hertig, secrétaire général du FNS entre 1993 et 2005 et de la conseillère fédérale Ruth Dreifuss, cheffe du Département fédéral de l’intérieur de 1993 à 2002.
Ce mandat pour le CSST nous a offert un changement de perspective rafraîchissant. Suivre de près les processus politiques en cours est notre pain quotidien, en tant qu’agence de communication politique et de lobbying. En remontant dans le passé, nous avons pu reconstruire la manière dont les acteurs impliqués ont à l’époque défendu leurs intérêts dans l’arène politique. C’était à la fois instructif et amusant.