Aller au contenu principal

Une campagne médiatique fructueuse pour la CIE

Corps

Au cours du 20ème siècle, en Suisse, les autorités ont enfermé au moins 60'000 personnes dans des institutions sans qu’elles n’aient commis de délit et sans procès. Les personnes concernées étaient surtout des individus en marge de la société qui ne correspondaient pas aux normes sociales du point de vue des autorités. Sur mandat du Conseil fédéral et du Parlement, la Commission indépendante d’experts (CIE) Internements administratifs a étudié ce sombre chapitre de l’histoire suisse. Durant neuf mois environ, nous avons soutenu la CIE dans ses relations avec les médias pour la diffusion des résultats scientifiques. Notre objectif était d’amener dans les médias la discussion sur la thématique des internements administratifs et de sensibiliser le grand public au fait que de nombreuses personnes concernées vivent aujourd’hui encore dans des conditions précaires. 

La campagne médiatique a été lancée le 11 mars 2019 par une conférence de presse. La CIE a publié ses résultats scientifiques au cours du printemps et de l’été. Nous nous sommes appuyés sur ces résultats, lors d’échanges directs avec les journalistes, pour éveiller l’intérêt médiatique sur les différents aspects de l’analyse historique. Les contacts que nous avons pu établir avec les médias suisses alémaniques, suisses romands et tessinois ont abouti à un important écho : au total, en un semestre, plus de 120 contributions médiatiques ont été recensées dans tout le pays. Les articles, ainsi que les reportages TV et radio ont mis en lumière le contexte des internements administratifs en Suisse et attiré l’attention sur la situation actuelle des personnes concernées. Nombre d’entre elles souffrent aujourd’hui encore de la stigmatisation liée à leur internement administratif et vivent dans des conditions financières et sanitaires précaires. 

Karin Keller-Sutter

Lors d’une conférence de presse de clôture le 2 septembre 2019, la CIE a remis à la Conseillère fédérale compétente, Karin Keller-Sutter, des recommandations pour la suite de la réhabilitation des personnes concernées. La Commission d’experts propose, d’une part, des mesures financières visant à améliorer durablement les conditions de vie des personnes concernées. D’autre part, elle recommande la création d’une institution offrant aux personnes concernées un espace d’échange et de soutien. 

Le Conseil fédéral examine actuellement les propositions de la CIE pour la poursuite de la réhabilitation. En parallèle, plusieurs interventions visant à améliorer la situation des personnes touchées par des mesures de coercition à des fins d’assistance sont pendantes au Parlement fédéral. D’une part, elles requièrent l’annulation du délai pour les demandes de contributions de solidarité. D’autre part, une initiative parlementaire demande que les prestations complémentaires pour les personnes concernées ne soient pas réduites. Dans le cadre de notre mandat, nous avons également été en contact avec des personnes concernées et avons échangé avec elles à propos de leur marge de manœuvre politique. Tout comme elles, nous nous réjouissons de connaître les futures mesures que prendra la Suisse en regard de ce sombre chapitre de son histoire.

Parler de folklore avec les journalistes

Corps

Une fois encore, VIRTÙ Public Affairs AG a assuré l’accompagnement des Rencontres de folklore internationales de Fribourg (RFI). Chaque année, le festival fait vibrer la ville de Fribourg durant une semaine, en présentant des folklores venus des quatre coins du monde. Huit groupes se sont produits sur les différentes scènes des RFI, et ont fait découvrir aux spectateurs les danses et les chants traditionnels de leurs régions. Nous avons organisé plusieurs événements médiatiques dans des lieux très particuliers, en nous basant toujours sur les valeurs des rencontres folkloriques qui sont la rencontre, la fidélité et l’ouverture.

Le festival existe depuis 45 ans, et notre mandat depuis cinq ans. Les médias régionaux connaissent les RFI comme leur poche, raison pour laquelle les intéresser année après année à nos conférences de presse et aux manifestations est un défi. Nous le relevons en immergeant les journalistes dans l’ambiance du festival. Les conférences de presse ont eu lieu, cette année encore, dans les perles de la culture fribourgeoise, le Bistro Le Port et le café des Arcades. Avec les animations des artistes dans un cadre intimiste, l’étincelle a rapidement jailli. Celles et ceux qui le souhaitaient pouvaient s’essayer aux danses traditionnelles, emmenés par les danseurs et les danseuses présents.

Grâce à de riches échanges avec les journalistes, de nombreux contacts ont été établis avec les membres du comité et les artistes. L’écho médiatique a donc été très positif : la présence de journalistes aux répétitions et aux représentations a donné lieu à des reportages et des séquences audiovisuelles captivants, permettant aux personnes qui n’ont pas pris part au festival de se familiariser avec le folklore. Tous les médias locaux, de même que la RTS, étaient sur place. Avec un total de 35 contributions, les RFI ont connu, cette année encore, une présence médiatique importante. Une chaîne de télévision chinoise Hantang Culture est venue aux RFI pour la première fois, offrant ainsi au festival un rayonnement international. 

Le festival terminé, les RFI peuvent s’enorgueillir d’une édition réussie. VIRTÙ Public Affairs a eu, une fois de plus, la chance de s’immerger dans l’atmosphère unique du festival et d’accompagner les RFI tout au long de leur 45ème édition par une communication bien ficelée.

RFI_Arcades

Trouver le dénominateur commun des acteurs FRI

Corps

Les piliers du développement futur de la place scientifique suisse seront posés l’an prochain dans la capitale fédérale. Avec le Message relatif à l’encouragement de la formation, de la recherche et de l’innovation (Message FRI), le Conseil fédéral fixera les objectifs et priorités de la période 2021-2024 et proposera au Parlement les moyens financiers correspondants.

Les hautes écoles et les institutions d’encouragement de la recherche et de l’innovation suisses se sont mises d’accord sur leurs priorités communes pour les années 2021-2024 dans le cadre du Réseau FUTURE, dont nous gérons le secrétariat. Au cours de plusieurs discussions, les organisations partenaires ont présenté leurs priorités et parlé des principaux défis auxquels la place scientifique suisse est confrontée.

Nous avons accompagné swissuniversities, le Conseil des EPF, le Fonds national suisse, les Académies suisses des sciences et Innosuisse, qui se sont accordés sur leur dénominateur commun et l’ont consigné dans un papier de position.

  • Les acteurs FRI veulent créer les bases nécessaires à la gestion des défis économiques et sociaux liés à la transition numérique.
     
  •  Ils veulent renforcer la force d’innovation de l’économie et former le personnel qualifié nécessaire pour le marché du travail.
     
  • Grâce au personnel de santé compétent et au développement continu des technologies et des méthodes médicales, ils soutiennent le système de santé de l’avenir.
     
  • Par leur engagement dans les domaines de la recherche sur le climat, de l’utilisation des ressources et de l’énergie, les acteurs FRI favorisent le développement durable.

Grâce à ce consensus trouvé en amont, ces acteurs peuvent unir leurs forces pour défendre leur position commune. Cette partie moins visible de la communication politique est essentielle à la réussite de tout projet de défense des intérêts.

Dessine-moi le Grand Fribourg!

Corps

La fusion du Grand Fribourg est l’un des projets phares du moment dans le canton de Fribourg. Fait rare, une Assemblée constitutive a été élue pour mener à bien ce projet d’union des neuf communes du périmètre du Grand Fribourg: Avry, Belfaux, Corminboeuf, Fribourg, Givisiez, Granges-Paccot, Marly, Matran et Villars-sur-Glâne. Durant une année, les délégués des communes au sein de l’Assemblée constitutive ont planché dans le cadre de huit groupes de travail sur des thèmes aussi variés que l’identité linguistique, la technique, les finances ou les écoles.

La publication des propositions des groupes de travail de l’Assemblée constitutive est un moment clé du processus. Nous avons choisi de les présenter au cours de quatre points presse répartis sur deux semaines de ce début d’année. Cette phase de communication intensive a permis de créer une dynamique autour du projet et de l’ouvrir au public, après une longue attente d’une année. Elle a aussi permis de présenter aux médias le projet dans toute sa largeur. Les principes de transparence et d’information du public, inscrits dans la loi, ont aussi fondé notre démarche.

L’Assemblée constitutive a autorisé les groupes de travail à mettre leurs propositions en consultation. Une nouvelle séquence de notre stratégie d’information s’ouvrira avec cette procédure, qui aura lieu du 13 mai au 14 juin 2019.

Point de presse

D’égal à égal avec les personnes concernées par l’internement administratif

Corps

Au printemps 2019, nous avons eu la chance d’organiser une conférence de presse nationale pour la Commission indépendante d’experts (CIE) Internements administratifs. Le 11 mars 2019, au centre de presse du Palais fédéral, les responsables de la CIE ont présenté leurs différentes mesures visant à rendre publics les résultats de leur analyse scientifique de l’histoire des internements administratifs en Suisse et à sensibiliser le grand public aux destins des personnes concernées. 

Il s’agit d’un chapitre sombre de l’histoire suisse: jusqu’en 1981, un grand nombre de jeunes et d’adultes ont été enfermés dans des établissements sur ordre des autorités administratives. Ces personnes n’étaient pas internées pour avoir commis une infraction, mais parce que leur comportement et leur mode de vie ne répondaient pas aux normes sociales de l’époque. Le Conseil fédéral a mis sur pied la CIE Internements administratifs en 2014 pour étudier cette thématique.

La CIE publie ses résultats en 2019, après plus de quatre ans de recherches. Le coup d’envoi a été donné en mars avec la parution du premier ouvrage d’une série de dix publications. Il s’agit d’un volume de portraits dédié aux personnes concernées par ces mesures de coercition. En parallèle, la CIE a lancé une exposition itinérante qui s’arrêtera dans douze villes suisses. Elle a aussi créé du matériel pédagogique pour que cette thématique puisse être abordée en classe. 

Plusieurs personnes concernées ont participé à la conférence de presse aux côtés des responsables de la CIE pour raconter leur expérience. La conférence a suscité un intérêt national pour le sujet et le destin des personnes concernées. Au total, environ 25 reportages différents ont été réalisés dans toutes les régions du pays. En plus des articles dans de nombreux médias imprimés et numériques, un reportage radio et un reportage télévisé ont été diffusés dans «Echo der Zeit» et au téléjournal romand «Le 19h30».

En collaboration avec la CIE, nous avons pu mettre à profit nos compétences à l’interface entre science et politique, dans un environnement plurilingue. 

Conférence de presse

Soutenir la dissémination des résultats du PNR 69

Corps

VIRTÙ Public Affairs AG dispose d’une solide expérience dans le transfert de connaissances. Par exemple, nous sommes chargés de concevoir la meilleure stratégie en vue de la dissémination des résultats de recherche du Programme national de recherche «Alimentation saine et production alimentaire durable» (PNR 69). Le Fonds national suisse finance ces programmes et accorde une grande importance à rendre les résultats accessibles au public.

La dissémination de ces résultats présente deux enjeux. Celui de la communication en elle-même, qui doit rendre intelligibles et intéressants des contenus complexes. Et celui de la pérennisation des résultats de recherche dans les pratiques concrètes du domaine de l’alimentation. Un programme national de recherche étant limité dans le temps, et le PNR 69 prenant fin en 2020, il s’agit de poursuivre la discussion sur les problématiques soulevées en sensibilisant directement les acteurs du domaine alimentaire, appelés à continuer le dialogue ensuite.

Un panel d’experts issus des parties prenantes
Pour répondre au deuxième défi, nous avons proposé au comité de pilotage du PNR 69 de réunir un Sounding Board, composé de quatorze personnalités issues de l’industrie alimentaire, des organisations de producteurs, de la distribution, de l’administration fédérale et cantonale, des organisations de consommateurs, du domaine de la santé publique et de celui de la nutrition.

Ces personnes influentes dans leurs domaines d’activité respectifs reçoivent la primeur des résultats les plus marquants du PNR 69, présentés par les chercheurs eux-mêmes, lors de trois journées en 2019 et 2020. Leurs recommandations sur le mode de communication des résultats de recherche nous permettront de calibrer au mieux leur dissémination et d’envisager leur intégration par l’économie, l’administration et la politique.

En 2019, les projets de recherche menés dans le cadre du Programme national de recherche «Alimentation saine et production alimentaire durable» (PNR 69) arrivent à conclusion. Menés sous les auspices du Fonds national suisse, ils proposent des solutions pour rendre les systèmes alimentaires suisses plus durables, pour limiter le gaspillage alimentaire, et pour mieux comprendre les relations entre l’alimentation et la santé

Portrait d’une entreprise sur le front de la mobilité

Corps
Qu’est-ce que le «sillon»? Le prix de mon ticket de trolleybus couvre-t-il le coût de la ligne que j’emprunte? Une subvention versée pour l’achat d’un nouveau bus va-t-elle aussi financer le renouvellement des quais de train? Pourquoi une entreprise de transports publics se lance-t-elle dans des projets immobiliers?
Les Transports publics fribourgeois (TPF) sont confrontés au quotidien aux interrogations de leurs usagers. Pour répondre aux questions justifiées du public, les TPF ont décidé de se doter d’un nouveau portrait d’entreprise, sous la forme d’un microsite accessible au plus grand nombre. En 2018, VIRTÙ Public Affairs AG et l’agence Details ont été mandatés à cet effet.
Afin de présenter de manière optimale cette réalité d’entreprise, nous avons procédé à un vaste état des lieux. Accompagnés du secrétaire général des TPF, nous avons rencontré les directeurs des quatre sociétés qui composent le groupe: TPF Holding, qui chapeaute le tout, TPF Trafic, TPF Infra et TPF Immo. Cela nous a permis de connaître la structure des TPF en profondeur.
Une information accessible au plus grand nombre
Sur la base de ce tour d’horizon exigeant, nous avons proposé pour le microsite une formule articulée autour de la gare multimodale, qui permet d’appréhender en un coup d’œil la diversité des activités des TPF. Ce point d’entrée permet de thématiser l’enjeu de la mobilité dans ses différentes formes, de l’infrastructure ferroviaire, du développement immobilier, et des règles d’organisation et de financement de l’ensemble. Nous avons également présenté l’histoire centenaire de l’entreprise. En partenariat avec nos référents des TPF, nous avons investi un grand effort de vulgarisation, afin de rendre intelligibles même les aspects les plus complexes de l’entreprise.
La ligne graphique développée par l’agence Details, qui nous fait survoler les TPF avec une vision d’oiseau, permet de prendre du recul sur l’entreprise, afin de mieux comprendre ses différentes composantes et leur insertion dans le tissu fribourgeois. Parallèlement, pour susciter l’intérêt des internautes, nous avons conçu plusieurs infographies, comme par exemple celle illustrant le calcul du «sillon», l’unité de mesure permettant de facturer l’utilisation du rail aux entreprises de transport. Le microsite se doit également de tenir compte des réalités actuelles du web. Aujourd’hui, une majorité des utilisateurs consultent le site des TPF via leur smartphone ou tablette. Le portrait d’entreprise est aujourd’hui accessible à toute personne qui s’intéresse, même spontanément, au fonctionnement des Transports publics fribourgeois.
 
Microsite TPF

A l’interface entre science et politique

Corps

Pendant la session d’hiver 2018, le Conseil national et le Conseil des Etats ont examiné les finances de la Confédération pour l’année 2019. A la fin de la session, le Parlement a augmenté d’un peu plus de 100 millions de francs les moyens financiers en faveur de la formation, de la recherche et de l’innovation (FRI) pour l’année 2019. Par cette décision, les parlementaires fédéraux ont soutenu un compromis entre la planification budgétaire du Conseil fédéral et la planification pluriannuelle (Message FRI 2017-2020) décidée par le Parlement à l’automne 2016. En tant que responsables du secrétariat du Réseau FUTURE, nous avons accompagné ce processus parlementaire. Le Réseau FUTURE est une communauté d’intérêts regroupant des partenaires issus de hautes écoles, d’institutions de recherche et de la politique. Nous coordonnons les échanges entre les organisations académiques et les quelques 40 parlementaires de tous les partis qui siègent dans le Team politique du Réseau FUTURE. 

Au printemps 2018 déjà, les partenaires du réseau nous ont informés que le Conseil fédéral prévoyait moins de ressources financières dans le budget 2019 que ce que le Parlement avait promis dans le Message FRI pour cette année-là. Quand en été, le Conseil fédéral a publié le détail des chiffres du budget 2019, nous les avons comparés aux chiffres de la planification pluriannuelle dans un tableau financier. En collaboration avec nos partenaires académiques, nous avons montré les mesures prévues auxquelles les hautes écoles et les institutions de recherche auraient dû renoncer en raison de la baisse du financement et les objectifs stratégiques qui auraient alors été compromis. 

Par des factsheets et des newsletters, nous avons informé les membres du Conseil national et du Conseil des Etats engagés dans le Team politique du Réseau FUTURE. Lors de contacts personnels, nous avons expliqué en détail les défis à relever. Les membres du Team politique ont porté ce thème au sein des Commissions de la science, de l’éducation et de la culture (CSEC) et des Commissions des finances (CdF) des deux Chambres. Ils ont également sensibilisé leurs collègues de parti. Des propositions d’augmentation des crédits dans le Domaine FRI ont été déposées dans les deux Chambres. Nous avons accompagné ces propositions et cherché des alliés auprès de l’économie et des cantons, afin de convaincre les parlementaires de la nécessité d’une augmentation des moyens financiers. Au final, le compromis pour une augmentation a trouvé une majorité dans les deux Chambres.

Compréhensibles et accessibles: les résumés des 26 projets du PNR 69

Corps

Pendant cinq ans, des scientifiques ont mené des recherches dans le cadre des 26 projets du Programme national de recherche «Alimentation saine et production alimentaire durable» (PNR 69). Ils ont couvert un large panel de disciplines scientifiques – des nanosciences à la recherche agronomique, en passant par des questions propres à la médecine ou aux sciences sociales. Comme dans tous les PNR, les projets du PNR 69 doivent contribuer à la résolution de problèmes sociétaux actuels. La communication de leurs conclusions est donc primordiale. Les résultats scientifiques doivent être diffusés auprès de l’administration, de la politique, des organisations non-gouvernementales, du secteur privé et des médias. 

Chargée du transfert de connaissances du PNR 69, VIRTÙ Public Affairs AG a préparé un résumé de chacun des 26 projets. Comme ces «Summary sheets» sont destinées à un vaste public cible sans bagage scientifique, nous avons expliqué les principales conclusions des recherches en utilisant un langage facilement compréhensible. Pour chaque projet, nous avons préparé un résumé de 5'000 à 7'000 signes – ce qui équivaut à un long article de presse. La présentation des contenus est ainsi à la fois simple et claire.  

Panier bio

Lors de la rédaction, nous avons veillé à l’attractivité de la mise en page. Nous avons utilisé des images, des illustrations et des infographies pour expliciter les résultats centraux. Nous avons également opté pour une structure flexible des divers contenus afin que les lectrices et lecteurs aient différentes portes d’entrée dans le sujet. Des encadrés complémentaires au texte principal servent de point d’accroche pour la politique et l’économie. Les résultats pratiques des projets débouchent souvent sur des recommandations concrètes à l’intention des législateurs ou des praticiens. D’autres projets ont développé des produits ou des procédés orientés vers l’application. 

Toutes les Summary sheets se composent de deux pages A4 et sont disponibles en allemand, en français et en anglais. Elles peuvent être consultées au format PDF sur le site www.pnr69.ch

Parlons d’identité!

Corps

Une fusion de communes est par essence technique et politique. De la gestion des réseaux de fluides et d’énergie aux cercles électoraux, en passant par le taux d’impôt, de nombreuses questions doivent être traitées durant l’élaboration d’une convention de fusion. Une autre composante peut toutefois jouer un rôle important dans l’adhésion de la population: la dimension identitaire. Nous avons donc proposé à l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg, que nous accompagnons depuis le printemps 2018, de créer une plateforme dédiée à l’identité du Grand Fribourg. Cette plateforme sera animée tout au long du projet de fusion des neuf communes du Grand Fribourg.

Le blog «Parlons d’identité!» est entré en activité en décembre 2018. Il est animé par une quinzaine de blogueuses et de blogueurs habitant et/ou travaillant dans le périmètre du Grand Fribourg. Ces représentant-e-s de la société civile sont tout-e-s externes à l’Assemblée constitutive. J’ai le plaisir de coordonner cette équipe créative et motivée, de tous âges et de tous horizons. Au lancement du blog, nous lui avons remis une charte rédactionnelle. Les blogueuses et blogueurs sont libres de choisir les sujets de leurs chroniques, qui doivent être en lien avec le projet de fusion et/ou avec le fonctionnement, les caractéristiques, l’historique ou la vie locale des communes du périmètre. Ces chroniques peuvent prendre la forme d’articles factuels, d’opinions, de reportages photos ou audios ou encore de vidéos. De plus, nous collaborons avec l’école professionnelle eikon: dans le courant de l’année 2019, ses étudiant-e-s en arts appliqués vont réaliser une série de vidéos sur l’identité.

Comment les hautes écoles suisses sont entrées dans le discours politique

Corps
Le 9 février 2014, le peuple et les cantons suisses acceptaient l’initiative dite «contre l’immigration de masse». La majorité des votants ignoraient alors que leur choix démocratique aurait des conséquences directes sur les hautes écoles et les groupes de recherche actifs en Suisse. Les responsables académiques et politiques, eux, savaient que l’Union européenne allait mettre à exécution sa menace d’exclusion de la Suisse des programmes de recherche et de mobilité. Ils n’avaient pourtant pas pris position, convaincus que la recherche et la formation ne devaient pas se mêler de politique. Les mois qui ont suivi et les conséquences néfastes de l’exclusion les ont convaincus de changer de point de vue.
Nous avons eu la chance de pouvoir accompagner swissuniversities, l’organisation faîtière des hautes écoles suisses, dans ce changement de paradigme. Dans notre analyse, nous avons montré que les hautes écoles devaient se garder de se muer en machines de campagne. Elles sont en revanche pleinement légitimées à montrer les conséquences de choix politiques sur leur capacité à remplir le mandat que les cantons, la Confédération, et donc la population, leur octroient. Les lois cantonales et fédérales imposent aux hautes écoles et organisations de recherche de viser l’excellence et de rayonner à l’international. Pourquoi ne seraient-elles pas en droit de pointer du doigt les textes qui pourraient les empêcher de recruter les meilleurs scientifiques et de participer aux initiatives de recherche menées au niveau du continent?
Nous avons conçu et co-dirigé une quinzaine de workshops sur la communication politique des hautes écoles, en 2016 et 2017, dans toute la Suisse. Il en a résulté une forte sensibilisation des responsables de communication de ces institutions. Avec ces personnes, nous avons encouragé l’échange de bonnes pratiques en matière de communication politique et favorisé le partage d’information. Le résultat a pu être mesuré durant la campagne précédent l’initiative pour l’autodétermination, en octobre et novembre 2018. Les hautes écoles ont eu le courage de prendre position et d’exposer les conséquences néfastes de ce texte sur leur positionnement international. Un changement de paradigme s’est opéré.

D’une communication de promesses à une communication de contenus

Corps

En 2017, VIRTÙ Public Affairs AG et FrankR ont été mandatées pour soutenir Bluefactory Fribourg-Freiburg SA (BFF SA) dans sa communication autour du quartier d’innovation blueFACTORY. Porté par la Ville et l'Etat de Fribourg et coordonné par BFF SA, le projet de blueFACTORY vise à transformer une friche industrielle en un quartier mêlant entreprises, innovation, culture et logements. 

Afin de définir une stratégie de communication répondant aux attentes des différents publics, nous avons procédé à une vaste analyse de situation. Dans un premier temps, nous avons examiné l’image de blueFACTORY dans les médias et les débats politiques. Nous avons ensuite rencontré plusieurs locataires du site, afin de connaître leur position à l’égard de blueFACTORY. Ces entretiens ont aussi permis de sonder les locataires sur l’image renvoyée par blueFACTORY à l’externe. Dans un troisième temps, nous avons analysé les outils de communication existants.

Cet état des lieux nous a permis de dresser deux conclusions. D’une part, le positionnement voulu par BFF SA ne correspondait pas au positionnement perçu par ses publics. D’autre part, la communication sur blueFACTORY était centrée sur des promesses, au détriment de la communication de contenus. Fréquente dans les nouveaux projets, la communication de promesses crée immanquablement de la frustration auprès des publics. Ces décalages se traduisent par un déficit d’image. 

Il faudra du temps pour combler ce déficit. Nous avons toutefois entrepris diverses mesures pour valoriser les contenus du quartier d’innovation. Au début de l’année 2018, nous avons procédé à une refonte du site internet de blueFACTORY. L’architecture du nouveau site est simple; elle met en avant les contenus actuels, les sociétés établies sur le site et les événements organisés dans le quartier. Une foire aux questions fait la transparence sur le projet. Nous avons également publié le rapport annuel 2017 de blueFACTORY et lancé une newsletter électronique, qui relate les actualités du quartier d’innovation. En un an, le nombre d’abonnés a grimpé de 270 à 585!

Site blueFACTORY

Services
Evénements

Des cafés pour stimuler le dialogue citoyen

Corps

VIRTÙ Public Affairs AG fonctionne comme expert en communication pour l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg, chargée de mener à bien le projet de fusion de neuf communes. L’inclusion des citoyennes et citoyens est à nos yeux un élément essentiel à la réussite d’un tel projet. Nous avons organisé à cette fin trois événements participatifs visant à intégrer des propositions de la société civile dans les réflexions des groupes de travail de l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg.

Pour ces Grand Fribourg Cafés, nous nous sommes inspirés des principes du World Café. Cette méthode est intéressante pour plusieurs raisons. D’une part, elle repose sur une participation qualitative plutôt que quantitative. Le nombre de participants visé était de 15 à 25 personnes – un objectif raisonnable pour ce début de projet de fusion. D’autre part, la structure du World Café favorise le foisonnement d’idées et la formulation de propositions par consensus. 

Chaque Grand Fribourg Café était consacré à une question globale, déclinée en sous-questions. Pour commencer, les personnes présentes ont voté, avec des gommettes, pour les quatre sous-questions qui les intéressaient le plus. Chaque question retenue a été attribuée à une modératrice ou un modérateur. En petits groupes, les participants ont exploré chacune de ces questions durant 25 minutes. Au début de chaque tour, la modératrice ou le modérateur de la table leur résumait les discussions précédentes dans le but de faire fructifier les échanges. Cette façon de modérer est l’élément-clé du World Café. C’est elle qui permet aux modérateurs d’identifier progressivement les points d’accord et de divergences qui se dégagent de leur question. 

A l’issue de quatre séries de discussions, les modérateurs ont synthétisé en plenum les principales conclusions des échanges liés à leur question. Je les ai retranscrites dans trois rapports d’impulsion, qui ont été transmis aux délégués de l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg. Ils doivent en prendre connaissance et sont désormais libres d’intégrer ces propositions citoyennes dans leur travail.

Grand Fribourg Café

Services
Evénements

Des scientifiques, des stakeholders et des speed-datings

Corps

En 2017, plusieurs projets de recherche menés dans le cadre du Programme national de recherche «Alimentation saine et production alimentaire durable» (PNR 69) arrivaient à leur terme. Ces projets proposent des solutions pour rendre les systèmes alimentaires plus durables et mieux comprendre les relations entre l’alimentation et la santé. En tant que responsables du transfert de connaissances du PNR 69, nous avons organisé trois ateliers en fin d’année pour présenter les résultats de ces projets, créer un échange entre les scientifiques et les parties-prenantes du PNR 69 et avancer vers la synthèse du programme.

Le PNR 69 est à l’interface entre l’alimentation, l’agronomie et la santé. Ses parties-prenantes forment donc une cible hétérogène, allant des représentants de l’économie (producteurs, industrie, distributeurs…) aux organisations de défense des consommateurs ou de protection de l’environnement, en passant par les acteurs de la santé publique et les autorités. Les projets de recherche du PNR 69 sont tout aussi diversifiés. Notre défi était donc de proposer des événements à la fois spécialisés et pertinents pour ces différents acteurs. Nous avons opté pour trois thèmes transversaux: les systèmes alimentaires durables, les pertes alimentaires et les choix alimentaires. 

Le premier demi-jour était consacré à la rencontre entre les scientifiques et les parties-prenantes du PNR 69. Un speed-dating scientifique a permis de briser la glace. Les participants choisissaient librement les postes qui les intéressaient le plus et les scientifiques avaient 20 minutes pour expliquer l’essence de leur travail. Les échanges se sont poursuivis en plenum, où nous avons soumis à la discussion des énoncés basés sur les résultats des projets. Les parties-prenantes étaient invitées à réagir en donnant leur point de vue issu de la pratique.

Le lendemain, les scientifiques se sont retrouvés pour discuter des impulsions des parties-prenantes. Ils ont pu choisir de maintenir les énoncés ou de les adapter. Ces «statements» sont désormais la trame de fond de la synthèse du PNR 69.

Participants au workshop

Participants au workshop

Fribourg au Palais fédéral 

Corps

Place aux biscômes, chants, fifres et pères fouettards! Le 6 décembre 2016, Saint-Nicolas a fait un détour par les travées du Palais fédéral pour faire connaître les spécialités culinaires et les personnalités du canton de Fribourg aux parlementaires, hauts fonctionnaires et membres du gouvernement. VIRTÙ Public Affairs AG a soutenu la Chancellerie de l’Etat de Fribourg dans l’organisation de cet événement promotionnel, intitulé «Fribourg au Palais fédéral». 

Signalétique

L’agence a coordonné la création des visuels, des invitations, de la signalétique et des badges. Plus de 300 personnalités ont répondu présentes, dont trois conseillers fédéraux et trois secrétaires d’Etat. Toutes et tous été charmés par l’ambiance conviviale qui régnait dans la Galerie des Alpes. Cette dernière était parée de stands tenus par les artisans de l’Association pour la promotion des produits du terroir du Pays de Fribourg. 

Stands

VIRTÙ Public Affairs AG a également chapeauté la prise de parole de Saint-Nicolas, qui a clamé un discours piquant sur les actualités de la Berne fédérale. L’évêque de Myre était accompagné de la troupe du Collège Saint-Michel. Son allocution a créé la surprise au sein du public, puisque l’emblématique patron de Fribourg était incarné par le conseiller aux Etats Beat Vonlanthen.

Trois jours de relations médias à la Fête fédérale de lutte

Corps

A 5h30, nous sommes réveillés par une respiration lourde et des gémissements. Des balles cognent contre une porte en bois. Au signal, le rythme d’un sprint se fait entendre. Un coup d’œil par la fenêtre du camping-car dans lequel nous séjournons ce week-end-là nous indique d’où viennent ces bruits inhabituels: deux douzaines de lutteurs d’une association régionale s’échauffent sur notre aire de repos. Ils sont sur le point de vivre l’apogée de leur année sportive: la Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres 2016 à Estavayer-le-Lac. 

L’équipe de VIRTÙ Public Affairs AG était elle aussi mobilisée à Estavayer du 26 au 28 août 2016. En tant que bénévoles, nous nous sommes occupés des relations médias du plus grand événement sportif de Suisse, qui a comptabilisé 250'000 visiteurs. Dans le centre des médias sur l’aérodrome militaire d’Estavayer, nous étions responsables de la préparation des informations officielles du comité d’organisation pendant les trois jours de fête. Chaque jour, nous avons rédigé des communiqués de presse en allemand et en français pour les 500 journalistes accrédités et préparé les conférences de presse. Par ailleurs, nous avons fait des recherches et rédigé des rapports de fond sur différents aspects de la fête de lutte – de la cérémonie d’ouverture au pavillon des prix, en passant par la plus grande aire de camping du pays. Déjà un peu plus de six mois avant la Fédérale à Estavayer, nous avons conseillé stratégiquement les organisateurs pour la mise sur pied d’une grande journée des médias.  

Les expériences et les connaissances que nous avons acquises au sein l’équipe de la Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres sont uniques. La collaboration avec les nombreuses parties prenantes – du comité d’organisation aux médias, en passant par la police, les autorités et les visiteurs venus de tout le pays – était exceptionnelle et enrichissante. Il était particulièrement réjouissant de voir que la Fédérale, qui n’a lieu que tous les 15 ans en Suisse romande, a enthousiasmé la Romandie. En tant qu’agence de communication bilingue, nous avons contribué ce que la manifestation jette des ponts entre la Suisse alémanique et la Suisse romande. Enfin, notre engagement pour la Fête fédérale de lutte et des jeux alpestres nous a permis de découvrir en équipe l’univers de la lutte, qui nous était inconnu. 

Lutteurs

Une pierre à l’édifice du projet de formation des imams

Corps
L’une des spécialités de VIRTÙ Public Affairs AG réside dans l’activité de communication scientifique. Dans ce contexte, nous avons été mandatés pour le transfert de connaissances du Programme national de recherche «Collectivités religieuses, Etat et société» (le PNR 58). Ce programme, lancé par le Conseil fédéral et mis en œuvre par le Fonds national suisse, a notamment permis de montrer comment le rapport à la religion des Suissesses et des Suisses a évolué, sous la pression de la sécularisation. Il a aussi permis d’apporter de nouveaux éclairages sur l’islam en Suisse.
Ainsi, une des études du PNR 58 a montré qu’un consensus se dégageait sur la question de la formation des imams en Suisse. Les organisations musulmanes, comme les acteurs institutionnels interrogés, étaient favorables à ce projet et estimaient qu’il devait permettre de favoriser l’intégration des musulmans. Les résultats de cette étude répondaient à une question plusieurs fois posée par la politique et montraient que les 150 imams présents à l’époque en Suisse méconnaissaient les langues nationales, l’organisation sociale et juridique du pays.
Imam
Nous avons accompagné les scientifiques dans la transmission de leurs résultats. Une conférence de presse nationale et plusieurs événements d’information, notamment auprès de parlementaires fédéraux, ont permis de mettre leur travail sur le devant de la scène. La diffusion des résultats intervenait en plein débat sur l’initiative de l’UDC contre les minarets, en 2009. Notre pari a consisté à tirer profit du grand intérêt porté par le public à l’islam, tout en garantissant que les résultats du projet soient transportés avec exactitude et discutés dans un climat apaisé.
Les résultats de l’étude ont convaincu les responsables des universités et de l’administration fédérale de plancher sur un projet de formation des imams. Le Centre Suisse Islam et société a été inauguré à l’Université de Fribourg en juin 2016.

La création des PRN du point de vue historique

Corps
En automne 2012, le Conseil suisse de la science et de la technologie (CSST) a mandaté VIRTÙ Public Affairs AG (encore appelée Bonhage PR AG à l’époque) pour réaliser une analyse historique de la création des Pôles de recherche nationaux (PRN). Le CSST avait reçu la mission d’évaluer les effets structurels de la première série de PRN. Notre résumé des faits historiques a servi de base à son évaluation. La question centrale de l’analyse était la suivante: quels objectifs doivent être poursuivis avec les Pôles de recherche nationaux?
Les PRN sont un instrument d’encouragement de la Confédération; ils sont pilotés à sa demande par le Fonds national suisse (FNS). La première série de 14 PRN a été lancée en 2001 et a duré jusqu’en 2013. Notre analyse n’a toutefois pas porté sur la mise en œuvre de cet instrument d’encouragement, mais sur la période 1991-2001, durant laquelle divers acteurs de la politique scientifique suisse ont développé le concept des PRN et contribué à sa réalisation.
Notre perspective historique avait deux facettes: d’une part, j’ai rédigé un rapport basé sur une analyse de documents historiques originaux et sur la littérature scientifique secondaire relative à l’histoire de la place scientifique suisse. D’autre part, nous avons mené des entretiens qualitatifs avec des personnes qui ont joué un rôle clé dans la création des PRN dans les années 1990 et au début du 21ème siècle. Il s’agissait entre autres de Charles Kleiber, secrétaire d’Etat à l’éducation et à la recherche entre 1997 et 2007, de Hans-Peter Hertig, secrétaire général du FNS entre 1993 et 2005 et de la conseillère fédérale Ruth Dreifuss, cheffe du Département fédéral de l’intérieur de 1993 à 2002.
Ce mandat pour le CSST nous a offert un changement de perspective rafraîchissant. Suivre de près les processus politiques en cours est notre pain quotidien, en tant qu’agence de communication politique et de lobbying. En remontant dans le passé, nous avons pu reconstruire la manière dont les acteurs impliqués ont à l’époque défendu leurs intérêts dans l’arène politique. C’était à la fois instructif et amusant. 

La fabuleuse histoire de La Trampoline, bière du Tremplin

Corps
 
Je garde en mémoire ce jour du printemps 2015, où j’ai rencontré la direction de la Fondation Le Tremplin, active dans la prise en charge des personnes toxico-dépendantes à Fribourg. L’ami qui avait fait le contact entre nous m’avait juste dit: c’est un sujet pour toi. C’est avec cette phrase à l’esprit que j’ai écouté les responsables me parler de leur projet. Dans une première phase, il s’agissait de lever l’interdiction de la consommation de bière dans le centre d’accueil à bas seuil «Au Seuil»; dans une deuxième phase, de développer une bière avec un brasseur local, spécialement pour les usagers du Tremplin; dans un troisième temps, l’idée était d’amener les usagers en voie de réinsertion à brasser eux-mêmes la bière.
Evidemment, le projet sortait des sentiers battus et aurait pu être rejeté par l’opinion publique. Un important effort d’explication était nécessaire. Le dispositif que nous avons mis en place a permis tout d’abord de garantir que les porteurs du projet parlent d’une seule voix du projet. Nous avons ensuite sensibilisé des leaders d’opinion sur le thème, avant d’informer les responsables politiques. Ce n’est qu’une fois toutes ces étapes passées que nous avons rendu le projet public, à la fin de l’été, au cours d’une conférence de presse. Quatre ans plus tard, La Trampoline, bière du Tremplin, est une réussite et suscite l’intérêt en Europe, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.
Derrière l’idée de ce projet d’innovation sociale, se trouve la volonté de proposer aux usagers de développer une autre relation avec l’une des substances dont ils sont dépendants. Le Tremplin avait aussi à cœur de donner à ces personnes, souvent interdites d’auberge, un accès à la normalité et à la citoyenneté. Enfin, l’objectif était de permettre aux usagers de consommer plus modérément de l’alcool durant une partie de la journée, afin de permettre aux travailleurs sociaux de bénéficier d’une présence plus longue dans le centre de jour et de meilleures conditions pour l’échange.
Les résultats d’une étude scientifique qui a accompagné le projet durant les premières années doivent bientôt paraître.
Trampoline